Fédération du Gers

Fédération du Gers
Accueil
 
 
 
 

Qui veut ruiner les paysans

La France veut - elle défendre ses paysans ?
 

Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, n’a rien obtenu au Conseil agricole de Bruxelles pour les agriculteurs français confrontés depuis des mois à la chute des cours du lait, des viandes porcine et bovine, ainsi que des céréales. Du coup, des manifestions ont encore lieu tandis que le conseil des ministres devrait annoncer des allègements de charges pour les paysans à défaut de faire monter des prix qui ne couvrent pas les coûts de production. A Bruxelles, Stéphane Le Foll n’a même pas obtenu le soutien de son
homologue allemand sur sa proposition de régulation de la production et de stockage des excédents de poudre de lait et de viande porcine que les industriels français n’avaient guère utilisé jusque- là. Christian Schmidt, le ministre allemand, s’est en revanche déclaré favorable à une nouvelle enveloppe d’aides européennes pour les paysans en difficulté après les 500 millions d’euros versés par l’Union européenne en septembre 2015, dont 63 millions pour la France. Mais quand une exploitation porcine perd des centaines d’euros par jour pour cause de prix de marché anormalement bas, ce saupoudrage ne règle rien.
 

Bruxelles et PHIL Hoggan et la TASK FORCE
 

Le commissaire européen à l’agriculture, Phil Hogan a mis en place en octobre « une task-force sur les marchés agricoles », afin de faire un rapport sur les causes de la situation.. Elle comporte 12 membres dont 2 français : Jérôme Bédier (Carrefour) et Anne-Laure Paumier (Coop de France). Le 13 janvier 2016, la « task force» qui doit éclairer la lanterne d’un Phil Hogan perdu dans le maquis de la olitique agricole commune, a prévenu que « la volatilité des prix peut être réduite grâce à une amélioration de la transmission des signaux aux agriculteurs, qui peuvent alors répondre à ces mouvements».
Tel est, à ce stade, le niveau de la réflexion que cette « force opérationnelle » doit communiquer, ses recommandations étant attendues pour le début de l’automne. La « task force » est une forme d’organisation temporaire créée pour exécuter une tâche ou activité donnée. Ici on appelle ça une commission «ad hoc ».
 

Une cagnotte
 

En attendant, le gouvernement français a obtenu, avec le possible concours du président de la FNSEA, que les professionnels de la grande distribution et de la restauration collective s’engagent à alimenter une cagnotte via une légère augmentation des prix en magasin et par des achats accrus de viande produite en France. C’est aussi de cela dont on avait parlé chez le Premier ministre vendredi dernier. « Nous avons dit à Matignonque nous sommes prêts à travailler à la création d’un fonds qui est en cours de discussion sous réserve que les autorités de la concurrence soient d’accord», avait alors dit Jacques Creyssel, le délégué général de la fédération du Commerce et de la distribution.
 

A-t-on tout essayé ?
 

Un peu de tout, sauf fixer un prix plancher qui permette aux producteurs de vivre de leur travail. Car, contrairement à la production de voitures, de vêtements ou d’autres biens d’équipements stockables, la nourriture est une denrée périssable et on ne peut pas stopper le cycle de production des vaches laitières ni le cycle d’engraissement des porcs charcutiers. C’est même pour cela que la loi du marché peut casser les prix agricoles à la production dès que l’offre dépasse la demande. D’où le besoin de régulation et, là où elle n’existe pas ou plus, la pertinence d’un prix plancher proposé par les parlementaires du Front de Gauche récemment.
 

Agenda européen

Pendant que Phil Hogan viendra à Paris s’entretenir avec Manuel Valls des difficultés des éleveurs français le 25 février, la commissaire en charge du Commerce discutera avec une délégation américaine toute la semaine du 22 au 26 à Bruxelles des concessions que l’Europe est prête à faire en faveur des Etats-Unis sous forme d’importations accrues de viande bovine, de viande porcine et de volaille sans droits de douanes. Cela dans le cadre de la négociation du traité transatlantique de libre échange connu aussi sous le nom de TAFTA ou de TTIP.