Fédération du Gers

Fédération du Gers
Accueil
 
 
 
 

La bataille du Rail un enjeu politique essentiel

Du 31 avril au 9 juillet 2016, le Conseil Régional de Midi-Pyrénées -Languedoc Roussillon lance une grande consultation citoyenne à partir d’un questionnaire et l’organisation «d’Etats Généraux du Rail et de l’Intermodalité» dans les 36 préfectures et sous-préfectures des 13 départements de la nouvelle région.

Il s’agit de rencontres publiques avec les acteurs du Transport et de l’Intermodalité, les associations d’usagers, les élus, les syndicats et les citoyens de la région.

L’objectif est de définir un politique des Transports répondant aux besoins de déplacement des personnes et de circulation des marchandises.

Dans ce cadre, le Parti Communiste Français considère qu’il est indispensable de revoir le schéma des Transports sur notre nouvelle région en s’appuyant sur un Grand Service Public Ferroviaire d’avenir car, nous pensons que ce mode de transport renferme des atouts essentiels en matière d’environnement, de sécurité, d’efficacité pour le développement économique et l’emploi.

Sur notre département du Gers, l’hégémonie du transport routier est une réalité qui n’est pas sans poser des problèmes pour les populations (santé, sécurité, environnement...sur la route nationale 21, c’est 650 camions par jour!) et pour les collectivités (les coûts externes: la voirie, les nuisances sonores, les pollutions...).

Pourtant, il n’y a pas une route et peu de localités qui ne soient traversées par une voie ferrée. Le constat c’est que les lignes ferroviaires sont fermées ou partiellement exploitées : la ligne Auch-Toulouse est la seule sur notre département ouverte au trafic voyageurs. Certaines parties des voies ferrées sont considérées pares GPF SNCF ouvertes au trafic frêt (entre Tarbes et Riscle, entre Riscle et Mont de Marsan, entre Auch et Agen) mais, la réforme ferroviaire adoptée par le Parlement prévoit la fermeture et le démantèlement de 7500 kilomètres de lignes!!

Cette réforme par la loi du 4 août 2014 casse le Service Public SNCF pour réduire les coûts de transports en favorisant la route au détriment de l’environnement, de la santé et de la sécurité.
Notre région est l’Autorité Organisatrice des Transports pour les 13 départements du territoire.

Les Gersois et les Gersoises se sont prononcés lors des élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 sur un accroissement des moyens financiers de l’Etat pour le Service Public Ferroviaire, une politique des transports terrestreset le fluvial répondant aux besoins. Cela doit être l’objectif de la majorité de gauche au Conseil Régional et pour ces Etats Généraux du Rail et les futures négociations entre la Région, l’Etat et l’opérateur public SNCF sur la nouvelle convention TER, les infrastructures, la tarification.

Dans ce cadre le Parti Communiste Français fait des propositions:

- L’arrêt par l’Etat et la direction de la SNCF de la fermeture de gares, boutiques, de guichets, de lignes et de trains. Pas de substitutions routière.
- Etablir un état des lieux des lignes ferrées en vue de leurs réouvertures aux voyageurs et au frêt (notamment les lignes ferrées Auch-Agen et Tarbes-Riscle-Mont de Marsan).
- La poursuite de la modernisation de la ligne ferrée Auch-Toulouse avec des moyens supplémentaires en emplois pour un service de qualité, son ouverture autrafic frêt.
- Un réequilibrage dans les transports entre le rail et la route enfavorisant le recours au ferroutage pour les camions en transit (800 à 900 par jour entre Auch-Nogaro - Riscle - Aire-Adour).
Enfin, la construction envisagée de lignes nouvelles (telle la LGV entre Bordeaux et Toulouse), cela doit être réalisée sur des fonds publics, en particulier ceux de l’Etat car, il s’agit de défendre le réseau ferré national SNCF et renforcer le maillage territorial, désenclaver notre département rural.
Pour le financement des infras-tructures du service public, mettre à contribution les entreprises (versement transports), le transport routier, les sociétés d’autoroutes.

Eric Ferron

La nouvelle région Midi-Pyrénées Languedoc Roussillon c’est : 543 TER (20 lignes ferrées TER), 36 Millions de voyageurs par an, 8400 cheminots, 285 gares, 3500 kilomètres de voies ferrées, 60 lignes d’autocars, 76 TGV et 40 trains intercités. Le budget transport de la région : 400 Millions d’euros.