Fédération du Gers

Fédération du Gers
Accueil
 

Fédération PCF du Gers

Tél : 05 62 05 08 72

Mail : pcf.gers@wanadoo.fr

33 avenue de la Marne

32000 AUCH

Agenda



 
 
 

Débat - Service public - La bataille d’idée ne fait que commencer

Les communistes de la section d’Auch ont organisé, jeudi 15 décembre, un premier débat dans le cadre de l’élection présidentielle et les élections législatives sur l’avenir des services publics après 2017. Ils avaient invité toutes celles et tous ceux qui sont attachés aux services publics «à la française»

 

C’est en présence d’une quarantaine de personnes que les deux candidats désignés par le PCF gersois pour les élections législatives, Annabelle Skowronek et Bruno Gabriel, ont pu débattre sur la construction des services publics du XXI ème siècle.

Pascal Cochet, secrétaire de la section d’Auch a introduit la discussion pour rappeler la situation politique actuelle et les ambitions du PCF pour changer la société.

«Je suis une militante, pas une pro de la politique», a expliqué Annabelle Skowronek qui partira sous la bannière «2017, l’humain d’abord». Elle a établi un rapide état des lieux des nombreuses attaques menées aujourd’hui contre nos services publics au nom de l’austérité.

Chacun cotise selon ses moyens et reçoit en fonction de ses besoins

Les principes fondateurs de notre système de sécurité sociale, véritable acquis de civilisation, qui veut que « chacun cotise selon ses moyens et reçoit en fonction de ses besoins» sont attaqués. Qu’en disent les communistes ?

Les propositions portées avec force et ambition par les communistes, partagées depuis des années avec toute une partie du mouvement social et associatif, sont les seules progressistes a rappelé Annabelle Skowronek. « Une sécurité sociale solidaire, universelle, unique, financée par des cotisations et une mise à
contribution des revenus financiers est une vraie idée d’avenir. Le financement dynamique par la  cotisation, le contrôle par des conseils d’administration élu au suffrage universel des ayants-droit, une avancée significative vers le remboursement à 100% des soins prescrits par la sécurité sociale constituent les repères que nous portons pour les faire entrer au parlement».

Bruno Gabriel a ensuite détaillé les principales propositions faites par le PCF pour construire démocratiquement les services publics de demain. Il faut entrer en campagne pour mettre un coup d’arrêt à la diabolisation de « la dépense publique », a expliqué Bruno Gabriel.

«La France ne manque pas d’argent mais il est affecté aujourd’hui à augmenter les profits des multinationales», insiste Bruno. Parmi les mesures proposées, il défendra l’idée de «créer un pôle public bancaire avec la nationalisation de BNP et société générale».

Un plan de relance des services publics

L’argent public, doit servir à un développement tout à fait nouveau des services publics. Il faut cesser de multiplier les aides au patronat dont les effets pervers sont démontrés et tout remettre à plat.

Le candidat a détaillé des mesures de remise en cause de l’austérité budgétaire; la fin de la baisse des dotations aux collectivités locales et un moratoire sur les fermetures de services publics; la mobilisation
pour de nouvelles recettes fiscales plus justes, contre les gros fraudeurs.

Ces propositions et le virage idéologique à 180° qu’elles nécessitent, ont été mises au débat afin de travailler au rassemblement des forces de la gauche anti-austérité et sociale.

Tous les intervenants ont partagé l’absolue nécessité d’avancer vers plus d’égalité..., des services publics gérés démocratiquement, avec de nouveaux pouvoirs d’intervention des personnels et des usagers, et des services publics ayant les moyens de leur fonctionnement, en réorientant les richesses vers les besoins du peuple.

Les questions de la réindustrialisation de nos territoires et des nouveaux droits des travailleurs, de la réforme du système d’exonération des cotisations sociales patronales, d’une agriculture forte et viable ont été également versées au débat du fait du lien entre développement des activités et de l’emploi et services publics au cœur des territoires hors métropoles. Autant de points de discussion qui selon les personnes présentes doivent mobiliser à gauche pour construire une nouvelle majorité politique alternative à l’austérité, au service des luttes sociales, et pour repenser un avenir de progrès et de solidarité pour notre pays.