Fédération du Gers

Fédération du Gers
Accueil
 
 
 
 

Pour une politique ambitieuse du transport ferroviaire dans le Gers

Avec le programme du PCF « La France en commun » et leur soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle 2017, les candidats communistes du Gers, Annabelle SKOWRONEK et Bruno GABRIEL, défendent une politique de relance d’un grand service public ferroviaire de qualité indispensable pour répondre aux enjeux d’aménagement du territoire, d’amélioration de l’environnement, de droit à la mobilité et de développement économique.

Vendredi 31 mars 2017, ils ont lancé le débat à Fleurance, puis à Gimont.

Questions aux candidats :

Pourquoi avoir choisi Fleurance et Gimont pour lancer le débat sur le transport ferroviaire dans le Gers ?

Ces deux villes sont symboliques du combat que nous voulons mener. Sur le site de l’ancienne gare de Fleurance, nous avons évoqué la réouverture au fret et aux passagers de la ligne Auch-Agen. Les deux candidats et leurs suppléants portent dans cette campagne, la question du développement du service public du transport ferroviaire. Pour le Gers, cela passe par la modernisation de la ligne Auch-Toulouse et la réouverture des lignes Auch-Agen et Tarbes-Riscle-Mont de Marsan. En présence de Thomas PORTES, responsable national de la campagne nationale du PCF « Nos gares, nos lignes, nos trains », Bruno GABRIEL et Annabelle SKOWRONEK sont allés à la rencontre des cheminots, des usagers et des citoyens pour échanger sur la nécessité d’un service ferroviaire public au service de l’aménagement du territoire et du développement durable.

En deuxième partie de soirée, c’est en présence de Jean-Luc GIBELIN, vice-président au transport de la région Occitanie que nous avons animé une réunion publique à Gimont. Devant un public attentif  et participatif, la question des transports ferroviaires a été discutée à l’échelle européenne, régionale, départementale et locale. Refus de l’ouverture à la concurrence, relation services publics et développement industriel, tarification et droit au transport, nécessité d’une intervention citoyenne ont aussi été largement discutés.

En quoi ce débat s’inscrit-il dans la campagne électorale de la présidentielle et des législatives ?

Les communistes gersois ont décidé de mener une campagne politique sur des thèmes qui préoccupent les gersois-es : l’école, la santé, l’agriculture, … Le transport est un sujet majeur pour 13200 gersois qui se déplacent hors département pour aller travailler, le développement du ferroviaire est déterminant pour désenclaver le Gers. C’est en partant de la réalité vécue par les gersois que nous débattons avec eux sur les causes de leurs difficultés et sur les réponses politiques à y apporter. D’après nous, c’est ainsi que, dans le Gers, le soutien à la candidature de JL Mélenchon pour la présidentielle peut s’élargir et s’en trouver renforcé. Dans le même temps, à partir de sujets concrets, nous menons dès maintenant, la campagne des législatives, d’une part parce que nous ne voulons pas d’une République présidentialisée, ensuite parce que l’enjeu majeur des prochaines élections est de faire élire et de constituer une majorité de députés progressistes à l’Assemblée, dans laquelle les députés communistes seront plus nombreux. Dans le contexte actuel, les candidats PCF-FDG se démarquent des autres candidats par leur sincérité, leur cohérence et leur éthique.

Quel type d’actions faudrait-il mener pour que le transport ferroviaire puisse se développer ?

Nos invités, Thomas PORTES et Jean-Luc GIBELIN, et les candidat-es PCF-FDG ont analysé la situation dans laquelle se trouve le transport ferroviaire français. Ils ont développé minutieusement les propositions du PCF qui considère que le transport est un droit, au même titre que l’éducation et la santé. Ceci est notre socle commun. Le plus difficile est à venir car il faut réussir à élargir les mobilisations en s’adressant aux usagers, aux élus locaux, aux cheminots. C’est un chantier qui exige ambition, détermination et patience. Une majorité de Français reste attachée aux services publics, mais la majorité des candidats, de Macron à Le Pen, veulent abattre les conquis du Conseil National de la Résistance. Il faut démasquer ces imposteurs qui disent tout et son contraire.
Comme toujours la clé est dans la mobilisation citoyenne, elle est réalisable pour peu que l’on parte des attentes des gens. Ces derniers jours nous avons distribué 3000 tracts dans le département, de Riscle à l’Isle-Jourdain en passant par Auch et Fleurance, partout l’accueil pour nos propositions a été chaleureux

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.